RSS Feed
  • Twitter Social Icon

Designed by

Les Etats-Unis et les Frères musulmans : les méandres séculaires d’une relation heurtée

 

 

Alors que l’ombre des Frères musulmans plane sur la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans les locaux du Consulat général de l’Arabie Saoudite à Istanbul, le 2 octobre dernier, Mohamed-Ali Adraoui revient sur les relations entretenues par les Etats-Unis avec ce mouvement. L’enseignant à la Georgetown Universityrappelle que, si les États-Unis désignent comme terroristes certains mouvements épigones - tel le Hamas palestinien - depuis de nombreuses années, ils n’ont jamais encore franchi ce pas en ce qui concerne les Frères musulmans égyptiens, cultivant une relation de proximité voire d’instrumentalisation du mouvement.

Le chercheur revient d’abord sur la période 1940-1990 et la lente prise de conscience des Américains : d’abord qualifiés de « croyants orthodoxes », les Frères musulmans demeurent une problématique strictement égyptienne jusqu’à la fin des années 1980. C’est l’issue de la Guerre Froide qui semble changer la donne au point que la confrérie est désormais identifiée comme un danger pour la puissance mondiale majeure.

Puis, l’arrivée au pouvoir des Frères musulmans en Egypte à l’occasion des révolutions arabes permet à l’Administration Obama de chercher à « responsabiliser » les dirigeants fréristes, non sans ambiguité.

Enfin, M.-A. Adraoui note que, depuis l’arrivée de Donald Trump au pouvoir, le court-termisme (configuration géostratégique qui prévaut actuellement) semble faire de la problématique frériste un non-élément pour la diplomatie américaine. En vertu de cette politique de courte-vue, et dans la mesure où ils ne constituent plus le sujet du moment en Egypte, les Frères musulmans ne sauraient, du moins jusqu’à nouvel ordre, occuper l’agenda des Etats-Unis.

Please reload