RSS Feed
  • Twitter Social Icon

Designed by

Le transport urbain par câbles : solution du futur? Retour d’expérience sur le projet de téléphérique à Brest

 

 

 

A cinq mois des élections municipales, L’Hétairie concentre ses publications sur différentes facettes de la « gauche municipale ». Aujourd’hui, Tristan Foveau, premier Vice-Président de L’Hétairie, et Yohann Nédélec, deuxième Vice-Président de Brest métropole, chargé des déplacements, des grands projets et de la Rade, consacrent une note au transport urbain par câbles.

 

De plus en plus présent dans les débats consacrés à la politique des déplacements, le téléphérique urbain apparaît parfois exotique et tarde à s’implanter largement en France. Pourtant, à travers le monde, des millions de voyageurs l’utilisent quotidiennement.

 

Propre, rapide, sécurisée et peu coûteuse, cette solution longtemps cantonnée au tourisme en montagne pourrait séduire de plus en plus de villes à l’occasion des élections municipales de mars 2020.

 

A ce jour, Brest est la première et seule ville de France à avoir sauté le pas, à l’initiative de son maire et président de Métropole François Cuillandre. Les deux auteurs reviennent sur les tenants et les aboutissants de ce projet structurant pour Brest. Ils soulignent notamment que ce projet s’inscrivait dans une opération urbaine plus large dont l’objet consistait à désenclaver et redynamiser une partie de la ville. Ils explicitent ensuite les enjeux de la phase de conception du projet (insertion urbaine, choix de technologie, maîtrise des coûts d’exploitation) mais aussi de sa phase d’exploitation (disponibilité du système, conflit de normes, lutte contre le bruit).

 

Enfin, partant de ce retour d’expérience, T. Foveau et Y. Nédélec soutiennent que, ni utopie, ni alpha et oméga d’une politique de transports, le câble se présente plutôt comme l’élément manquant dans un réseau préexistant ou l’outil pour rejoindre un quartier isolé/éloigné par des obstacles de divers ordres.

 

Loin des fantasmes, le mandat municipal 2020-2026 pourrait contribuer à la maturité du transport par câbles en France.

 

 

Please reload