RSS Feed
  • Twitter Social Icon

Designed by

Des malfaçons de la Revue stratégique à une Loi de programmation militaire sous tension

18 Jan 2018

Alors qu’Emmanuel Macron s’apprête à prononcer ses vœux aux Armées et que se profilent de vifs débats autour de la prochaine loi de programmation militaire (LPM), Alexandre Papaemmanuel revient sur la Revue stratégique rendue publique en octobre dernier. Celle-ci a actualisé la feuille de route de l’exécutif en matière de défense et de sécurité après les Livres blancs de 2008 et de 2013. Mais l’auteur pointe un exercice d’anticipation stratégique aux conclusions prévisibles et qui n’opère aucun choix en tentant de concilier tous les points de vue.

 

En effet, pour avoir souhaité ménager tous les acteurs et toutes les priorités, chacun fourbit maintenant ses armes pour la prochaine vraie bataille : la LPM 2019-2025. Loin de préparer le terrain, la Revue stratégique pourrait l’avoir miné.

 

Selon A. Papaemmanuel, la Revue souffre de quatre défauts majeurs de conception :

 

- elle sacrifie le nécessaire temps de la réflexion stratégique au profit d’un consensus stérile : elle manque ainsi à penser l’improbable et ne tient pas compte des RETEX opérationnels récents ;

 

- elle évite le chantier de l’innovation des Armées, se bornant à questionner les nouveaux espaces de souveraineté que sont l’espace et le numérique : or, si le numérique s’affirme comme une matière incontournable, elle est délicate à conceptualiser, ce qui en fait une priorité budgétaire in fine secondaire ;

 

- elle définit une aptitude opérationnelle sans trancher la question de la sphère d’influence : en définissant trop largement les intérêts français et nos zones d’influence sans jamais revoir nos ambitions, la Revue stratégique laisse hélas tous les sujets ouverts pour la prochaine LPM, quitte à se contredire parfois sur les zones d’influence qui doivent être les nôtres ;

 

- elle pêche enfin à régler la question de la place de la France dans le concert des nations.

 

Dans un contexte d’austérité, les conséquences budgétaires des impensés de la Revue stratégique pèseront lourdement. Finalement, loin des légitimes attentes, la Revue stratégique n’aura permis qu’un premier tour de chauffe. Désormais, l’ensemble des intervenants se prépare à la guerre du budget dans le cadre de la LPM.

Please reload