RSS Feed
  • Twitter Social Icon

Designed by

Le PS a-t-il perdu le syndicalisme enseignant ?

25 Sep 2018

 

 

Longtemps, le Parti socialiste et le monde enseignant ainsi que les organisations syndicales de celui-ci ont entretenu des relations politiques et partenariales fortes. Toutefois, cette alliance historique a été mise à mal en un laps de temps relativement limité si on le rapporte à l’ancienneté du socialisme français. Si bien qu’aujourd’hui, d’aucuns s’interrogent sur un divorce durable qui se traduit dans les urnes.

 

Ismail Ferhat, docteur en histoire et maître de conférences à l’Université de Picardie, revient sur l’histoire et les mutations de cette relation ancienne : de la proximité des origines entre la SFIO et la FEN à la rupture que constitue l’accession au pouvoir de la gauche en 1981 et l’exercice du pouvoir, en passant par les questionnements post-Epinay, le chercheur examine les tenants et les aboutissants des rapports entre le socialisme français et le syndicalisme enseignant.

 

Car, si l’expérience du pouvoir entre 1981 et 1986 ne s’est pas traduite par une forte conflictualité syndicale dans l’Education nationale, les expériences de gouvernements socialistes ultérieures ont suscité de fortes mobilisations dans le champ éducatif contre les réformes menées.

 

Ainsi, la mobilisation d’une partie des syndicats enseignants contre la réforme des rythmes scolaires dans le premier degré, puis contre celle du collège, a pesé sur les politiques éducatives du quinquennat de François Hollande (2012-2017).

 

Alors qu’une majorité du syndicalisme enseignant continue à se revendiquer de valeurs de gauche, l’éloignement progressif entre PS et monde enseigant est devenu, depuis presque trente ans, politiquement coûteux pour les socialistes. Paradoxalement, la place importante que le PS accorde à l’école ne semble pas devoir résorber ces tensions avec ce secteur syndical.

Please reload