RSS Feed
  • Twitter Social Icon

Designed by

Pour une DGA agile, au service des Armées

 

La Direction générale de l’armement (DGA) doit évoluer. Celle qui est constituée d’ingénieurs de talent, selon les mots du président de la République, doit apprendre à se réinventer, à assouplir voire moderniser ses méthodes et à tirer profit des nouvelles technologies (intelligence artificielle, big data, etc.). C’est l’objet de l’analyse que livrent pour L’Hétairie Marie Récalde (avocate, ancienne députée membre de la Commission de la Défense) et Cédric Perrin (sénateur, vice-président de la commission des affaires étrangères et des forces armées). Ils développent 12 préconisations pour faire de la DGA une institution plus agile, au service des besoins opérationnels de nos armées.

 

Or, régulièrement, la DGA se trouve au cœur du cyclone en ce qu’elle cristallise les critiques émanant tant du politique, des Armées que de l’industrie : processus d’acquisition jugés trop lourds, décalage des programmes d’armement, absence d’innovation, inadéquation au besoin des forces armées, etc. Sa transformation représente donc une impérieuse nécessité pour préserver la grande compétence accumulée et un savoir-faire reconnu dans la gestion de programmes complexes. 

Please reload