RSS Feed
  • Twitter Social Icon

Designed by

Jupiter contre Eris : maintien de l’ordre, désordre et discorde dans une démocratie adulte

 

Quelques jours avant les manifestations du 17 novembre, L’Hétairie s’intéresse au maintien de l’ordre en publiant un livret qui formule 33 préconisations pour préserver un droit fondamental qu’il convient de pouvoir exercer paisiblement et en sécurité, pour les manifestants comme pour les forces de l’ordre.

Pourtant, depuis la loi Travail de 2016, les tensions lors des manifestations de voie publique se multiplient. Manifestations interdites, augmentation des blessés parmi les forces de l’ordre et les manifestants, volonté politique répressive : de plus en plus de citoyens dénoncent la gestion peu démocratique de ces événements, tandis que les forces de l’ordre font régulièrement part de leur désarroi et de leur épuisement. Le « maintien de l’ordre à la française » ne parviendrait donc plus à garantir les libertés publiques.

Cette exigence démocratique doit guider une profonde réforme du maintien de l’ordre français, comme le proposent Guillaume Farde et Francis Delcourt* autour de 4 grands axes d’évolution.

La première série de propositions envisage le renforcement du traitement des violences en amont des manifestations. A ce titre, la communication avec les organisateurs en amont et pendant la manifestation, une plus grande clarté des avertissements, le développement de capacités de médiation paraissent nécessaires.

La deuxième série d’évolutions a trait au renforcement de la légitimité démocratique des forces de l’ordre. L’amélioration de la confiance que leur accordent les citoyens implique leur caractère irréprochable dans l’action, un effort accru en matière de déontologie et de respect des manifestant ainsi qu’une judiciarisation plus ciblée.

La troisième série de pistes porte sur le caractère insuffisamment proportionné de l’usage des armes. Loin de désarmer les forces de l’ordre, une meilleure appréciation des cas d’usage implique l’élargissement de la variété des équipements mis à disposition des forces de l’ordre.

Enfin, la quatrième série d’évolutions proposées est relative au renforcement de l’effet de masse et de la technicité des forces de l’ordre, qui sont les deux conditions cumulatives de la sécurité des manifestations publiques. Elle implique de procéder à des recrutements, de lisser autant que possible les inégalités entre l’agglomération parisienne et les autres lieux de manifestations publiques, qu’il s’agisse de centres urbains régionaux ou de territoires ruraux, mais aussi d’envisager la constitution d’unités supplétives issues de la sécurité publique.

Please reload