RSS Feed
  • Twitter Social Icon

Designed by

Des cendres en héritage : quand l’obsession iranienne des « faucons » du président renoue avec l’aventurisme américain au Moyen-Orient

24 Jun 2019

 

 

 

 

Dans un entretien à la chaîne américaine NBC, le président Donald Trump a déclaré le 23 juin dernier sa conviction que la République islamique d’Iran s’apprête à négocier avec les Etats-Unis un accord global contrôlant la nucléarisation du pays et sa politique régionale.

 

Ces déclarations viennent clore un long weekend de tensions qui témoignent de la montée des frictions entre Washington et Téhéran depuis le retrait unilatéral des Etats-Unis de l’accord nucléaire signé en juillet 2015 : destruction par l’Iran d’un drone de surveillance américain, annulation à la dernière minute de représailles américaines, attaque informatique américaine contre les systèmes de défense iraniens, exécution par l’Iran d’un fonctionnaire du ministère de la défense soupçonné d’espionnage pour les Etats-Unis, etc.

 

Alors que Donald Trump a réaffirmé qu’il ne recherchait pas la guerre, son Conseiller pour la Sécurité Nationale, John Bolton, a pourtant déclaré en marge d’un déplacement en Israël que les forces armées américaines étaient prêtes à se déployer. C’est dire le poids de l’obsession iranienne de l’entourage présidentiel, dont l’influence sur la prise de décision a contribué à la vive escalade des tensions de ces dernières semaines dans le golfe Persique.

 

Doctorant en histoire contemporaine (université Rennes 2), spécialiste des relations entre le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l’Iran, Sylvain Gaillaud propose de revenir sur l’itinéraire de ces « faucons » pour éclairer la genèse d’une obsession iranienne non seulement enracinée dans leur culture politique mais aussi diffusée au sein de l’Establishment américain de politique étrangère depuis les années 1980. Il rappelle que la dérégulation des cadres et des codes des relations internationales n’est pas l’apanage du « perturbateur en chef » actuellement en poste à la Maison Blanche, mais s’inscrit dans une temporalité plus longue.

 

 

Please reload