RSS Feed
  • Twitter Social Icon

Designed by

Etrangers illégaux : sortir des postures idéologiques dans l'intérêt du bien commun

6 Nov 2019

 

 

 

 

Ce mercredi 6 novembre 2019, le Premier Ministre dévoilera les pistes de réforme de la politique migratoire lors d'un comité interministériel consacré à ce sujet. Plusieurs propositions ont déjà été présentées à des membres de la majorité LREM et évoquées par la presse. D'évidence, la voie choisie ne rompt pas avec le discours idéologique qui prévaut en la matière, mettant en scène une irréaliste fermeté de l’Etat (quotas et délai de carence avant de pouvoir bénéficier de l'Aide Médicale d'Etat) sans s'attaquer aux profonds dysfonctionnements pourtant diagnostiqués depuis longtemps.

 

Dans cette note, Jean-Baptiste Carbuccia, haut fonctionnaire directement confronté aux sujets migratoires dans sa juridiction, dénonce l'hypocrisie du système actuel et son inefficacité criante. A rebours de l'orientation proposée par le Gouvernement, il propose :

  • A court terme, de mettre en place un système d’« accord provisoire de travail » qui, à l’instar d’autres pays européens (notamment l’Allemagne), permettrait aux étrangers en situation irrégulière d’obtenir des permis de travail sans renoncer à la possibilité de les éloigner ;

  • A moyen terme (2 à 5 ans), d’utiliser les outils d’amélioration du service usager pour rendre l’accès des services publics chargés de l’examen des situations des étrangers (notamment préfectoraux) plus efficace et plus acceptable pour les intéressés ;

  • A moyen et long terme (3 à 8 ans), de mettre en place une doctrine de régularisation des étrangers en situation illégale ayant « fait leurs preuves » dans le cadre du système précité et qui n’auraient pas été éloignés. Cette dernière proposition requiert un véritable courage politique de la part du Gouvernement qui se risquerait à la mettre en place, et se place donc dans une perspective indépendante des autres.

     

     

Please reload