RSS Feed
  • Twitter Social Icon

Designed by

Election présidentielle malienne : 4 propositions d’action face au défi économique et démographique

Ce dimanche 29 juillet, pour la deuxième fois depuis les graves événements de mars 2012 qui avaient conduit à la destitution du président Amadou Toumani Touré par un putsch militaire mené par le capitaine Amadou Haya Sanogo, le Mali s’apprête à élire son président de la République. Dans un contexte sécuritaire toujours délicat malgré la présence de l’armée française dans le cadre de l’opération Barkhane, la campagne électorale débutée le 7 juillet dernier met aux prises vingt-quatre candidats, dont le président sortant Ibrahim Boubacar Keita et le chef de l’opposition Soumaïla Cissé.

 

Si la campagne n’a pas mis au jour de fondamentales différences d’analyse de la situation malienne parmi les principaux candidats, elle ne doit pas occulter les défis majeurs qui attendent le pays, à commencer par la mise en œuvre de la paix signée en 2015 à Alger et la poursuite de la réconciliation entre le Sud et le Nord du pays. 

 

La sécurité n’est toutefois pas le seul défi malien.N’Famoussa BAGAYOKO, économiste, Professeur à CFP-Stat (Bamako) et Yamoudou TRAORE, Ingénieur de la Statistique à la direction générale des Domaines de l'État, soulignent en particulier que le développement économique et social et la gestion démographique joueront un rôle capital dans la solution définitive de la crise malienne. Ils analysent en effet les principales forces et faiblesses de l’économie malienne et plaident pour un investissement massif dans l’agriculture, qui représente 38 % du PIB et emploie près de 80% de la population. Enjeu de subsistance, l’agriculture peut également devenir une source de revenus d’exportation pour le pays, particulièrement dans les zones fertiles du Sud. Les deux auteurs plaident aussi pour une prise en compte de l’urgence démographique à travers un investissement structurel dans l’éducation.

 

Enfin, alertent-ils, le pouvoir issu des élections devra s’attaquer véritablement au fléau de la corruption et du népotisme qui a caractérisé la vie politique malienne depuis plus de vingt ans. Ce n’est qu’à cette condition qu’une issue heureuse pourra être trouvée aux problèmes du Mali.

Please reload