RSS Feed
  • Twitter Social Icon

Designed by

Les ravages d’un mal indolore : encadrer les risques liés au bruit

5 Jul 2019

 

 

 

 

 

La question du bruit en entreprise concerne de nombreux acteurs. Dans cette tribune, Patrick Chevret, chercheur à l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail, s’interroge : dans les entreprises, les salariés font-ils l’objet de sensibilisation au risque de l’exposition au bruit pour leur santé ?

 

Dans le secteur industriel, la réglementation fait preuve de précision tant du point de vue de l’évaluation des risques que des actions de prévention à mettre en place par l’employeur en raison des risques avérés de lésion.

 

La situation est différente dans le secteur tertiaire : les niveaux sonores rencontrés dans les bureaux ne sont pas lésionnels mais le risque se fait plus sournois, car tout se passe au niveau cognitif : une exposition aux bruits de parole induit une gêne, une fatigue cognitive qui, sur le long terme, peut avoir des conséquences sur la qualité du sommeil, le stress, etc.

 

Or, dans ce secteur, aucune réglementation n’existe pour protéger les salariés. Depuis quelques années, les acousticiens tirent le signal d’alarme et s’engagent pour faire évoluer les normes. Mais les relais dans les entreprises manquent : on constate que le salarié doit chercher l’environnement sonore qui correspond à son travail alors qu’il faudrait adapter l’environnement sonore à son activité.

 

Ainsi paraît-il urgent que le législateur s’empare du sujet. Une réglementation, si elle devait être mise en place, servirait de point d’ancrage aux actions de sensibilisation à destination des préventeurs, des dirigeants et des salariés, comme cela a été le cas pour les bruits industriels.

 

 

 

 

Please reload