La médecine de l’avant, ici et maintenant !

14 Jul 2020

A la demande du Président de la République, le Service de Santé des Armées (SSA) s’est pleinement impliqué dans la gestion de la crise sanitaire, en soutien ou en complément des moyens du ministère de la santé. Dans une perspective de résilience de la Nation, la Revue stratégique avait d’ailleurs mis en exergue la nécessaire synergie d’action entre les moyens civils et militaires.


Dans ce contexte, les défis pour les Armées sont nombreux, car il convient  d’assurer la logistique et le maintien des différents flux et de la technique, mais aussi de déployer ses capacités, tout en s’appuyant sur les acteurs du soutien interarmées, notamment pour l’acheminement stratégique de ses moyens organiques et surtout pour approvisionner, distribuer et maintenir en condition opérationnelle les produits de santé, depuis le petit consommable ancillaire, jusqu’au scanner projetable, en passant par les médicaments, les dispositifs médicaux, les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro, les produits sanguins labiles. Cette chaîne du ravitaillement sanitaire est sans comparaison dans le monde civil et doit être valorisée.

 

Au regard de l’investissement conséquent du SSA, on peut légitimement se demander si cette crise affectera le modèle d’armée, sa complétude et sa capacité à pouvoir se réorganiser avec agilité dans un monde qui évolue. Une capacité opérationnelle est un capital qui se dilapide quand l’urgence l’impose. L’épargne est inenvisageable en temps de crise.

 

En réponse, Alexandre Papaemmanuel, chef du pôle Défense nationale de L’Hétairie, formule 12 recommandations pour préserver un outil qu’il ne faut pas se contenter de redécouvrir à chaque crise.

Recommandation n°1 : Pouvoir identifier les personnels ayant pu être exposés à d’autres présentant des symptômes ou ayant été testés positifs en retraçant les missions communes à partir d’une date donnée ;

Recommandation n°2 : Œuvrer à la fidélisation de ses personnes ;

Recommandation n°3 : Sélectionner les prochaines innovations de lutte contre le COVID 19 soutenues par le ministère des Armées en fonction de leur capacité à s’insérer pleinement dans la démarche capacitaire moyen et long terme du SSA ;

Recommandation n°4 : Innover en faveur de la rénovation et l’exhaustivité des plateaux techniques des hôpitaux du SSA pour les adapter aux besoins et aux spécificités des forces soutenues, afin de réaliser des actes de soins et d’expertise exigeants ;

Recommandation n°5 : Innover en faveur de l’accélération du déploiement CMA NG numérique dans une logique de coopération entre les professionnels de l’écosystème de santé, militaire et civil. La médecine des forces doit ainsi pouvoir disposer d’un véritable système d’information dédié, ouvert et interopérable avec les partenaires de santé ;

Recommandation n° 6 : Innover en faveur de la valorisation de la recherche biomédicale de défense ;

Recommandation n° 7 : Insérer l’EMO Santé dans la cellule interministérielle de crise (CIC) et les autres cellules ministérielles ;

Recommandation n°8 : Intégrer le SSA aux exercices sanitaires impliquant demain les nombreux acteurs du système de santé pour une meilleure exhaustivité des exercices de crise gouvernementaux et internationaux ;

Recommandation n°9 : Conférer au ministère des Armées une place de premier rang dans les travaux du comité interministériel pour la santé, placé auprès du Premier ministre ;

Recommandation n°10 : Intégrer dans la prochaine stratégie nationale de santé les moyens du SSA pour compenser les impacts de cette course d’usure ;

Recommandation n°11 : Recruter des chirurgiens ;

Recommandation n°12 : Renouveler le vivier de réservistes et préserver cette capacité.

 

 

Please reload

RSS Feed
  • Twitter Social Icon

Designed by