RSS Feed
  • Twitter Social Icon

Designed by

L’Hétairie est une association qui a pour objet de produire et de diffuser une réflexion de gauche sur l’ensemble des sujets qui structurent la vie politique française. Elle contribue au débat d’idées par des propositions destinées à mettre en valeur les contributions de ses membres. Elle entend participer au renouveau de l’action publique.

Depuis 36 ans, notre pays vit au rythme d’alternances spasmodiques souhaitées par les électeurs qui, en changeant de personnel politique dans des proportions plus au moins importantes, cherchent tous les moyens pour réinventer la politique.

Mais les alternances n’ont pas dissipé la lassitude produite par des débats jugés stériles (parfois à bon droit) entre les élus de gauche et de droite. Elles ont même fini par nourrir le souhait de dépasser les clivages et de gouverner la France au centre, comme le réclamait déjà Valéry Giscard d’Estaing en 1972…

En cela, les résultats des élections de 2017 s’inscrivent dans une histoire politique classique, leur nouveauté résidant dans la victoire ex nihilo d’une tierce force et la très forte érosion des partis traditionnels.

La nouvelle majorité est le syndic de faillite, non pas du clivage gauche-droite, mais de ceux qui l’ont mal incarné, quand ils ne l’ont pas désincarné.

En effet, faute de penser l’action politique, plusieurs générations d’élus se sont abritées dans le confort de réflexes pavloviens, s’interdisant la nuance et le consensus quand ils étaient nécessaires, dénaturant les clivages quand ils étaient pourtant justifiés.

Cercle de réflexion, L’Hétairie a pour ambition de prendre une pleine part au combat des idées en défendant et en promouvant toutes celles qui fondent la gauche, c’est-à-dire cette passion en actes pour l’égalité.
 
Non l’égalité qui (s’)impose, qui arase les différences, qui se fixe comme horizon une moyenne ; mais l’égalité vécue comme une force d’attraction vers le haut, le destin d’un collectif, comme solidarité et non comme le dépouillement de quelques-uns au profit de la collectivité.

Pareil positionnement, structure nombre de politiques publiques. Il implique des choix qui relèvent de convictions.
 
Car la politique ne saurait être un exercice qui consiste à rechercher sans cesse une voie médiane, à froisser le moins possible. Elle est un combat d’idées qui aboutit à un choix devant se traduire dans le réel en tendant vers le meilleur.

Et l’unanimisme ainsi que la désidéologisation sont des leurres qui profitent au conservatisme ou à des postures rétrogrades.
 
C’est de ces convictions que procède L’Hétairie, à la fois comme objectif et comme dénomination.

En effet, en grec, le terme signifie « l’assemblée des compagnons – et donc des compagnonnes – en armes ». Au 19e siècle, il désignait des sociétés politiques luttant pour l'instauration de la démocratie en Grèce.
 
Ici, nos armes seront les idées produites par un collectif de trentenaires et de quarantenaires, chercheurs, fonctionnaires, cadres du privé… Tous veulent placer la pensée au service de l’action. Il s’agira donc, non de créer un organe affilié à un parti ou l’instrument d’une opposition systématique, mais d'offrir des propositions programmatiques, le plus possible à charge et à décharge, afin d'offrir un choix aux responsables politiques. Dans cette perspective, il convient de mobiliser les ressources collectives nécessaires à la régénération de la gauche, au débat d'idées, à la vie politique et intellectuelle.

L’objectif, pour ne pas être nouveau, n’en mérite pas moins d’être poursuivi avec une nouvelle ardeur.